Le Forum officiel des Survivalistes Francophones.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Si j'ai une pomme et que tu as une pomme, en les échangeant, on n'aura jamais qu'une pomme chacun. En revanche, si j'ai une idée et que tu as toi aussi une idée, en les échangeant, on aura chacun deux idées...

Partagez | .
 

 [RECAP] (Cagouille) Le feu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Tort Tue

avatar

Membres d'honneur


Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 45
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: [RECAP] (Cagouille) Le feu.   Ven 7 Nov 2014 - 12:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Le Tort Tue

avatar

Membres d'honneur


Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 45
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: [RECAP] (Cagouille) Le feu.   Ven 7 Nov 2014 - 12:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Le Tort Tue

avatar

Membres d'honneur


Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 45
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: [RECAP] (Cagouille) Le feu.   Ven 7 Nov 2014 - 12:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Le Tort Tue

avatar

Membres d'honneur


Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 45
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: [RECAP] (Cagouille) Le feu.   Ven 7 Nov 2014 - 17:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard




Date d'inscription : 10/11/2014
Age : 102

MessageSujet: Le feu by blizzard   Mar 11 Nov 2014 - 9:39

PRINCIPES DE CONSTRUCTION DES FEUX
1. TROUVEZ un emplacement s’y prêtant.
Dans les régions humides, le construire de préférence sur un endroit légèrement surélevé.

Jamais sous un arbre, car trop près du tronc, sa chaleur fera bouillir la sève ce qui le tuera aussi sûrement que de l’abattre, il peut se communiquer aux rameaux et l’enflammer ou provoquer un début d’incendie de forêt dans lequel vous risquez d’être pris. L’hiver, il fera fondre la neige accumulée sur les branches qui en tombant sur lui, ruinera probablement les efforts que vous aurez fait pour réussir à l’allumer. La législation de beaucoup de pays interdit de faire du feu sous un arbre et à moins de 200 m d’une lisière, ce n’est pas sans raisons ni par tracasserie gratuite. Pensez-y !

Attention aux tourbières, car il y a risque de propagation souterraine peu visible aux profanes.

2. DÉGAGEZ de tous branchages, broussailles, brindilles ou herbes, une aire d’au moins un mètre de rayon autour du foyer pour éviter les dangers de propagation.

3. PRÉVOYEZ une importante réserve d’eau à proximité immédiate, pour des raisons évidentes de sécurité.

4. RASSEMBLEZ le combustible : du bois mort et sec.
On reconnaît le bois mort à ce qu’il ne porte ni feuilles ni bourgeons : s’assurer surtout de l’absence de bourgeon terminal. Les branchettes de la taille d’un doigt et en dessous, se brisent net dès que l’on essaye de les plier.

On trouve du bois mort autant au sol - hélas, trop souvent humide - que sur les arbres vivants.

Parce qu’il est presque toujours gorgé d’humidité, le bois pourri ne brûle pas ou très mal, en faisant beaucoup de fumée. Facile à reconnaître, il s’effrite et devient pulvérulent dès qu’on le touche.

Par temps de pluie, il faut chercher et récolter le bois contre ou près des troncs du coté opposé au vent dominant.

5. CLASSEZ le bois par catégories de grosseur croissante, de  la taille d’une allumette à celles que vos forces peuvent raisonnablement porter.

6. CONSTRUCTION :
— faites une plate-forme de rondins ou de pierres, si le sol est mouillé ;
— placez y une boule de papier pas trop serré ou une pelote d’écorce de bouleau en prenant soin d’aménager une  sorte de mèche ;
— disposez par dessus une pyramide de brindilles de la taille d’une allumette ;
— enveloppez cette pyramide de papier ou d’écorce de bouleau ;
— recommencez ces opérations en augmentant progressivement la taille des brindilles jusqu’à ce qu’elles atteignent la taille d’un gros doigt (pouce), en veillant à ne pas trop serrer les couches successives afin d’assurer une bonne ventilation : un feu doit respirer pour brûler ;
— allumez en enflammant la mèche.

Sur terrain ou par temps humide, placez un bout de bougie sous la boule de papier ou la pelote d’écorce de bouleau.

S’il pleut, tendez une bâche au-dessus du feu jusqu’a ce qu’il soit pris.

Dès qu’il chauffe suffisamment, mettre le bois humide ou mouillé à sécher à proximité : le couvrir d’une bâche quand il est sec.

On évite que la chaleur des feux de cuisine se disperse dans toutes les directions et perde de son efficacité, en construisant un ou plusieurs réflecteurs en bois ou en pierres. Ainsi vous économiserez du bois, car ce matériau servant aussi de combustible devient de plus en plus rare et est donc précieux.

7 - SÉCURITÉ
Nous l’avons vu, il est interdit de faire du feu à moins de 200 m. d’une clairière, sauf autorisation écrite du propriétaire.

Le feu est un ami tant qu’il est parfaitement maîtrisé et contrôlé, sinon il représente un danger mortel. Veillez à ne jamais vous laisser dominer par ses caprices. Vous pensez, sans doute, aux risques d’incendie, mais ils sont la plupart du temps provoqués par le vent et surtout par inconscience et un manque de vigilance. Pourtant, avec un minimum de précautions simples, ils sont assez faciles à prévenir.

Il y a un danger beaucoup plus pernicieux, invisible et inodore généré par toute combustion : l’OXYDE DE CARBONE.
Par temps froid, nous aimons tous nous chauffer. Si cela ne pose aucun problème insurmontable à ciel ouvert, il en va tout autrement dans un local clos dont les bouches d’aération ont été fortuitement ou volontairement obstruées, interdisant la ventilation de la pièce. Chaque hiver, des dizaines de personnes sont victimes de l’oxyde de carbone, parfois définitivement, pour avoir empêcher à l’air de se renouveler librement dans la salle où se trouve le feu.

• Pas de feu dans un espace hermétiquement clos : danger de mort.
• Ne jamais laisser un feu sans surveillance.
• Toujours avoir, à proximité immédiate, le moyen de l’éteindre rapidement : réserve d’eau, sable, extincteur (éventuellement).

Toujours s’assurer qu’un feu est parfaitement éteint avant de quitter les lieux, même pour une absence de courte durée.

8. CAMOUFLAGE
Nous avons tous remarqué, au cours de nos promenades dans la nature, les grands cercles noirâtres signalant les emplacements calcinés d’anciens feux. Si personne ne les réutilise, ils mettront quand même plusieurs années à disparaître. Par conséquent,  avant de quitter les lieux, il est recommandé, sinon impératif, de dissimuler définitivement les traces de vos feux. La manière de s’acquitter de cette tâche est expliquée en fin d’ouvrage.
N. B. Ce texte est l'objet d'un dépôt légal donc droit de copie interdit. En étant l'auteur, je le partage ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
[RECAP] (Cagouille) Le feu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Recap complet des meilleurs sièges
» RECAP des compatibilités BEBE CONFORT
» histoire de paysan normand
» Les différents porte-bébés du marché : RECAP !
» La récap: Les anniversaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France Survivalistes :: RETEX (retours d'expériences) :: Systèmes de feu-