Le Forum officiel des Survivalistes Francophones.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Si j'ai une pomme et que tu as une pomme, en les échangent, on n'aura jamais qu'une pomme chacun. En revanche, si j'ai une idée et que tu as toi aussi une idée, en les échangent, on aura chacun deux idées...
La chaine YouTube de France Survivalistes ainsi que son Blog.
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» compteur Linky . Les risques !
Aujourd'hui à 15:49 par turtle69

» Quelle arme à feu choisir ?
Aujourd'hui à 15:41 par n°6

» Moulin à farine efficace ?
Aujourd'hui à 15:08 par oregon3

» Dernier jour avant saisie?????
Aujourd'hui à 13:18 par NaonedBzh

» les bon plan 2017
Aujourd'hui à 11:41 par alexxxx

» Vous êtes branché ??
Aujourd'hui à 10:30 par therapeute

»  un petit camion qui as de la gueule
Aujourd'hui à 1:36 par neka

» bonjour à tous
Hier à 16:32 par Stephane

» Frigo artisanale sans Electricité !
Hier à 16:00 par hookk

Sujets les plus actifs
La 22lr...oui mais...
Or/argent, le meilleur investissement ?
Le vehicule ideal d'evacuation niveau II
Protection perso en milieu rural : le chien
Le véhicule du survivaliste
The Walking Dead
Alerte maximal vigipirate IDF
Afflux de réfugiés, doit-on s'inquiéter ?
Attentats du 13 Novembre
Défense de B.A.D
Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728     
CalendrierCalendrier

Partagez | .
 

 LE COMBUSTIBLE « BOIS »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blizzard




Date d'inscription : 10/11/2014
Age : 102

MessageSujet: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 10:26

LE COMBUSTIBLE « BOIS »
(extrait de mon livre Feux et cuisines de camp)


Si l’homme utilise le bois comme combustible depuis qu’il connaît et maîtrise le feu ; de nos jours, sont emploi pour la cuisine et le chauffage est en constante régression dans les sociétés de type occidental. Il est remplacé graduellement par les hydrocarbures (dérivés du pétrole), qui à volume égal sont plus performants, moins encombrants et plus faciles à transporter (gaz en bouteille par exemple). Malgré leurs qualités, ces combustibles imposent des précautions d’emploi et de manipulation, car étant très volatils, ils s’enflamment aisément et présentent des risques d’explosions ; de plus leurs émanations sont malodorantes, toxiques et polluantes, davantage encore quand ils brûlent.
L’électricité n’a pas ces inconvénients en tant que source de chaleur, mais sa production fait appel à des énergies également polluantes (hormis l’hydrolique) et reste chère.
Dans les régions rurales et forestières où le bois est abondant, où son entreposage et son transport ne posent pas de difficultés particulières, il demeure un combustible intéressant pour le chauffage des intérieurs, car le prix de revient de la calorie reste compétitif.
De même et à condition qu’il y en ait à profusion, il est encore possible d’utiliser le combustible bois pour des feux de plein air.
Grâce aux tableaux suivants qui résument les qualités et défauts respectifs des quinze essences les plus répandues en forêts de type européen, vous verrez comment les utiliser au mieux de leurs performances.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sur ces tableaux, nous avons indiqué le Pouvoir Calorifique Inférieur (ou P. C. I.) pour chaque essence. Il est donné en valeur moyenne pour des bois anhydres : à 0 % d’humidité. Vous n’en rencontrerez qu’exceptionnellement remplissant cette condition. Même après séchage, le bois entreposé à l’intérieur conserve une humidité moyenne de 15 %  variant plus ou moins avec l’atmosphère ambiante.
L’humidité moyenne du bois en sève se situe entre 50 et 80 %, allant jusqu’à 100 % et plus avec des essences tendres et selon la nature du sol.
N. B. L’humidité du bois diminue considérablement son P. C. I.

Exemple : si un bois anhydre a un P. C. I. de 4000 Kcal, à l’état vert (H1  = 80 %), son P. C. I. ne sera plus que de 2 000 Kcal, donc la moitié.

TEMPÉRATURE DE COMBUSTION
La température de combustion du bois, toujours à l’état anhydre, se situe aux environs de 1 800 °C. Avec du bois à seulement 20 % d’humidité, elle descend entre 1 000 et 1 200 °C.

TEMPÉRATURE D’INFLAMMATION
Sa température d’inflammation est de plus ou moins 300 °C. Mais, avec des bois humides, elle augmentera sensiblement en fonction de leur teneur en eau. En fait, elle varie fort peu, ce qui change le plus, c’est le temps que met le bois pour atteindre cette température et se débarrasser de cette eau.
On constate, qu’il est important de brûler du bois le plus sec possible. Toutefois, il faut rester conscient que récolté en plein air et brûlé immédiatement, il n’a pas séché dans des conditions idéales. Qui peut dire depuis combien de temps il est mort ou abattu, ou s’il contient tant ou tant pour cent d’humidité ? Les intempéries précédant le ramassage et la nature du sol sur lequel il est récolté, faussent encore ces estimations et favorisent la plus ou moins lente dégradation de sa structure jusqu’au pourrissement, ce qui diminue encore ses performances.
Le bois entreposé sous abri, met deux ans et demi pour sécher complètement  (H = 15 %).

On peut dire que les bois durs et lourds sèchent plus lentement et sont moins absorbants que les bois tendre et légers. Par conséquent, il est possible de schématiser leur emploi de la manière suivante : en période sèche, on utilise des bois tendres ; en période humide, des bois durs. Mais, si en raison de leur structure plus serrée, les bois durs sont plus lents à sécher et plus longs à s’enflammer que les bois tendres, ils brûlent plus lentement et donnent, en général, des braises de meilleure qualité.
Les espèces arbustives (noisetiers, ifs, houx, etc.) sont parfaitement utilisables comme combustible. Malheureusement, elles fournissent peu de bois en volume. Par contre, elles sont grosses productrices de brindilles et branchettes, dont le faible diamètre autorise une inflammation quasi instantanée bien utile pour l’allumage des feux.
Le bois des arbres fruitiers est excellent, il donne beaucoup de chaleur. Si un cultivateur vous en donne, ne le rejetez pas ; de même, s’il vous cède des sarments de vigne, considérez qu’il vous fait un beau cadeau, car malgré leurs dimensions réduites les braises qu’ils produisent tiennent 24 heures et dégagent une chaleur énorme.
Les branches et les écorces ont, à masse et à humidité égales, le même pouvoir calorifique que le bois de tronc.
La réalité impose de préciser qu’au cours des activités habituelles de plein air, il est brûlé du tout-venant sans sélection particulière des essences. Pourtant, dans certains cas, il est préférable d’utiliser des variétés de bois dont les performances sont plus appropriées aux buts recherchés, tels que : cuisson rapide ou lente, cuisson sous les braises, feux éclairants pour les veillées, chauffage autre que la cuisine, etc.
La densité des essences n’est pas uniformément répartie sur le territoire. Certaines régions seront plus peuplées par une espèce que par une autre, en raison du climat, du sol, de la vivacité de l’espèce ou de l’intervention humaine, exemple : les landes de Gascogne. Pourtant, il n’est pas rare de les rencontrer presque toutes dans une même forêt, mais dans des proportions très inégales.
Avec quelques précautions, l’utilisation du bois comme combustible est beaucoup moins dangereuse que les hydrocarbures. Il ne fuit pas, ne s’évapore pas, ne dégage pas de vapeurs toxiques ni d’odeurs désagréables en brûlant, n’explose pas et il lui faut être exposé à une chaleur importante pour s’enflammer ; alors que, pour les autres une étincelle suffit.

• N’oubliez pas que toute combustion consomme de l’oxygène et produit de l’oxyde de carbone.

Les tableaux mettent en évidence, que le pouvoir calorifique des essences est quasiment le même à plus ou moins 10 %. La différence de qualité et des performances est principalement due à la structure interne du bois. Celle à structure serrée brûle plus lentement, elle contient aussi davantage de matières minérales qui ralentissent encore la combustion.
Plus un bois est riche en minéraux, plus il produit des braises de qualité.
Avec les résineux, c’est justement la résine qui facilite la combustion et augmente le pouvoir calorifique. La distillation de trois kilos de résine donne : deux kilos de colophane et un kilo d’essence de térébenthine. Celle-ci, est comme toutes les essence très inflammable, ce qui explique, en partie, la facilité avec laquelle les résineux prennent feu, même verts. Les essences ont aussi la particularité de brûler en dégageant une chaleur énorme. Ainsi, personne ne s’étonnera du pouvoir calorifique des résineux, toujours supérieur à celui des feuillus ; hélas, le rendement est faible, car aidés par la térébenthine, ils se consument très vite. Leur utilisation comme bois de chauffage dans une cheminée, n’est pas sans danger : les fumées déposent des goudrons inflammables dans son conduit. Presque aussi facilement mis à feu que la térébenthine, ils sont les facteurs de la plupart des incendies de cheminées, surtout quand elles sont insuffisamment et irrégulièrement ramonées.
Les branches des résineux ont un P. C. I. supérieur à celui du tronc, leur bois est plus dur et dense.

RÉSIDUS DE COMBUSTION
En se consumant, tous les combustibles font des résidus. C’est le bois qui en produit le plus, ce sont : la fumée, les cendres, les goudrons qui noircissent tant le fond des marmites et des gaz inoffensifs ou toxiques comme l’oxyde de carbone. La quantité de ces résidus va croissante en fonction de l’humidité contenue dans le bois.

PRINCIPE D’INFLAMMATION
Nous avons vu que la température à laquelle s’enflamme le bois est d’environ 300 °C. Chacun comprend, que pour qu’il atteigne rapidement cette température, il faut que le volume de matière directement en contact avec la source de chaleur destinée à la mise à feu, soit le plus réduit possible. Tout le monde a remarqué qu’une brindille de la taille d’une allumette prend feu quasiment tout de suite, donc il vaut mieux tenter d’allumer une bûche à une extrémité, surtout si elle présente une arête vive provenant d’une coupe à la scie, plutôt qu’en son milieu. Les bois présentant ces arêtes (bois équarris) s’enflamment plus facilement que les bois de section circulaire : branches ou troncs.
N’oubliez pas que ce sont les braises qui fournissent le plus de chaleur.

EN CONCLUSION
Faire du feu est simple, mais afin de l’utiliser efficacement en obtenant l’effet recherché, un minimum de connaissances sont nécessaires.
Depuis que l’homme sait domestiquer le feu, il en a tiré profit d’une manière plus ou moins empirique et instinctive. Avant la découverte de la fabrication du charbon de bois et plus tard de l’intérêt de la houille, les professionnels du feu comme les métallurgistes, les forgerons ou les fondeurs ont utilisé le bois comme source de chaleur dans l’accomplissement de leur métier. Aujourd’hui encore, partout où les civilisations de type occidental n’exercent pas leur pression industrielle et là où il n’y a ni houille ni pétrole, c’est au bois que l’homme demande de l’énergie.
Nous ne saurons trop recommander d’éviter de le gaspiller pour l’entretien des feux (les débutants en brûlent toujours plus que nécessaire), car partout, à cause d’une urbanisation galopante et acharnée, la forêt source unique de bois se réduit comme peau de chagrin. Certains demanderont : mais, s’il n’est pas exploité, à quoi sert-il ? Sa décomposition permet de régénérer l’humus qui est la partie la plus fertile de la terre arable. C’est aussi la plus mince.
Le bois, matériau noble et vivant qui voyait il n’y a pas si longtemps encore, naître et mourir l’homme en l’accompagnant tout au long de sa vie par des objets des plus humbles aux plus complexes, mérite notre respect.
Revenir en haut Aller en bas
Le Tort Tue


Membres d'honneur


Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 44
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 11:17

En vrac :
- Mèf au châtaigner, il éclate et peut envoyer des tisons jusqu'à 4-5m.
- la cuisson de bois (anaérobie) donne du charbon dont la densité énergétique est plus élevée.
- La même cuisson des résineux donne en plus du "goudron" (tar) qui protège efficacement le bois notamment de l'humidité.
- pour garder un feu jusqu'au matin (tenue des braises et non production éfficace de chaleur) on y placera en derbier du bois un peu moins sec (mais pas vert !) et/ou on recouvrira de cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard




Date d'inscription : 10/11/2014
Age : 102

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 11:45

Une bûche de bois dur à combustion lente comme le chêne se consume en plusieurs heures.

Si le châtaignier pétille, le mélèze aussi et les résineux en général.
Revenir en haut Aller en bas
pelerin031


Membres d'honneur


Date d'inscription : 16/10/2013
Age : 62
Localisation : Boussens

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 13:33

Petit truc, utilisez le bois mort sur pied, ça prend mieux la flamme et c'est moins enquiquinant à abattre et à débiter.

Et comme la signalé LTT, le châtaigner, évitez le pour conserver vos affaires et votre couchage, mon premier duvet est mort comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
oregon3


Membres d'honneur


Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 48
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 17:32

Blizzard : sur pas mal de sources forestières , le charme est en tête au niveau de son pouvoir calorifique (surtout lorsqu'on compare les chiffres par stère )
Revenir en haut Aller en bas
Blizzard




Date d'inscription : 10/11/2014
Age : 102

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 18:39

oregon3

Tu ne m'apprends rien. Mais les tables de diverses origines qui servirent à celle présentée ici, ne donnent pas toutes les mêmes chiffres, j'en ai tiré les moyennes. S'il est vrai que le charme fournit les meilleures braises, il est comme tous les bois sujet à variations de densité liées à sa croissance selon les sols, les régions et donc une structure plus ou moins serrée. Comme c'est un arbre à croissance plus rapide que le chêne, il peut, s'il a moins connu d'hiver rigoureux que ce dernier, avoir un bois dont les cernes d'hiver sont moins denses, ça désigne, bien sûr le bois parfait ou de cœur. Autre exemple, le charme a une densité allant de 0,75 à 0,95 ; le chêne de 0,60 à 0,65 mais pouvant aller jusqu'à 1,15.

Parmis mes sources, celles du CTBA.
Revenir en haut Aller en bas
Trachunke




Date d'inscription : 19/11/2014
Age : 54
Localisation : France Espagne

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 19:03

Pas mal le tableau. Merci!
En même temps peu importe le bois pourvu que l'on est pas froid. A la maison j'ai installé un insert et depuis 4 ans j'ai pas acheté une seule buche, que de la récup!
De la vieille ou moins vieille charpentes de mes chantiers, palettes non consignées, des poutres, des chevrons, planche de coffrage, et le must les cales en aggloméré qui sont sous les palettes de plaques de plâtre j'ai jamais rien vu d'autant calorifique, ça ressemble a des briquettes compressés et c'est gratuit chez mes marchands de matériaux.
c'est clair que pour éviter les toxines de certains bois de récup lorsque je veux cuisiner dans mon gigantesque insert j'y met des sarments de vignes pour les brochettes, les côtelettes, les travers de porc, ou pour les grives entourées de petit salé ou autres que je fais cuire a la poêle. HUmm j'ai faim lol.
Revenir en haut Aller en bas
Phil01


Membres d'honneur


Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 57
Localisation : meximieux ( 01)

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 25 Nov 2014 - 19:39

Le bois c'est bien , mais c'est du boulot. C'est comme tout les procédés dans l'autonomie, seuls les procédés assistés sont simples.
Le soir dans mon poêle je mets deux bûches de chêne ou de frêne, elle durent jusqu'au lendemain vers 10h00 du mat'.
Revenir en haut Aller en bas
Le Tort Tue


Membres d'honneur


Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 44
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 26 Nov 2014 - 12:40

"Cela va sans dire mais ça va mieux en le disant."

Par acquis de conscience, je rappel que le bois ne se ramasse pas, il se cueille !
Le bois à terre est humide et avec le temps il se "vide de sa substance" (pourri de l'intérieur) ; il est alors plus mou, fragile et poreux. Soit il serra gorgé d'eau, soit il serra relativement sec et brulera alors vite en dégageant peu de chaleur et en faisant beaucoup de cendres qui vont finir par étouffer le feu.

Privilégiez donc le bois mort aérien (branchages ou arbres encore sur pied).


(Et plutôt que de vous faire suer à bâtonner, ramassez donc directement du bois à la section désirée ... Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Cucaracha


Membres d'honneur


Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 53
Localisation : Espagne

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 26 Nov 2014 - 18:23

Le batonnage sert surtout pour "atteindre" le coeur sec du bois quand tout est tremper. Et aussi pour impressionner les filles... Quoique...:-)
Revenir en haut Aller en bas
hookk


Membres d'honneur


Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 41
Localisation : Langeac dans la Pampa

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 29 Mar 2016 - 10:35

Petite technique intelligente pour assurer un feu de camps toute une nuit.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Par contre, je pense qu'il faut éviter trop de résineux pour ne pas faire un feu de la St Jean.
Revenir en haut Aller en bas
furtifx




Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 52
Localisation : 71

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 29 Mar 2016 - 17:48

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Pas mal le tableau. Merci!
En même temps peu  importe le bois pourvu que l'on est pas froid. A la maison j'ai installé un insert et depuis 4 ans j'ai pas acheté une seule buche, que de la récup!
De la vieille ou moins vieille charpentes de mes chantiers, palettes non consignées, des poutres, des chevrons, planche de coffrage, et le must les cales en aggloméré qui sont sous les palettes de plaques de plâtre j'ai jamais rien vu d'autant calorifique, ça ressemble a des briquettes compressés et c'est gratuit chez mes marchands de matériaux.
c'est clair que pour éviter les toxines de certains bois de récup lorsque je veux cuisiner dans mon gigantesque insert j'y met des sarments de vignes pour les brochettes, les côtelettes, les travers de porc, ou pour les grives entourées de petit salé ou autres que je fais cuire a la poêle. HUmm j'ai faim lol.

C'est vrai que tout est bon a prendre,au debut j'en achetais et vu le prix, comme je vis en Bourgogne j'ai qu'a me baisser pour en ramasser dans les chemins,attention ne pas prendre le bois coupé et rangé par les bucherons,certains pour lutter contre le vol de bois font des "buches tueuse de poêle",ils en farcisse une avec une cartouche de 12,je vous laisse imaginer le dégât.
Autrement j'en ramène même de la decheterie,d'ailleurs je ramène des fois plus de choses que j'en apporte chez eux,palette,cagette,j'ai meme recuperé une fois les lattes d'un sommier et oui ils y en a qui jettent du bois.
Revenir en haut Aller en bas
dobasse




Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 29
Localisation : 54

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 30 Mar 2016 - 19:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Petite technique intelligente pour assurer un feu de camps toute une nuit.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Par contre, je pense qu'il faut éviter trop de résineux pour ne pas faire un feu de la St Jean.

Shocked intéressant ! Quelqu'un à déjà tenté l'expérience ?
Revenir en haut Aller en bas
agralil


Membres d'honneur


Date d'inscription : 16/09/2014
Age : 43

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 30 Mar 2016 - 22:18

sinon, tu fais un amoncellement de buches costaud, et tu l’allume par le dessus, celles du dessous vont prendre feu petit à petit ... surtout si elles ne sont pas super sèches (le feu les séchera gentiment par le rayonnement)

parce-que là, rien n’empêche le feu de passer de la buche du bas à celles du coté (surtout avec un poil de vent, et une grosse popotte par dessus qui rabat et concentre la chaleur)

mais bon, un feu non surveillé, ça reste casse gueule

à force de me bruler en cuisine, j'ai beaucoup perdu la passion qu'on a tous dans notre enfance vis à vis du feu ^^
Revenir en haut Aller en bas
mecadoc


Membres d'honneur


Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 47

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 30 Mar 2016 - 22:58

La maison moderne ne sont pas faite pour le feux de bois, j'ai un insert rt 2012, je ne l'utilise pas. J’utilise de l’électricité moins chère. En effet les maisons sont trop bien isolé, trop de vitre au sud, pour le bois.
Mon poêle me servira en cas de d'hivers très froid - 10 et coupure de courant.
Revenir en haut Aller en bas
Histrion




Date d'inscription : 03/02/2015
Age : 52
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 30 Mar 2016 - 23:23

@ mecadoc tu utilise de l'electricite moins chere ???

je ne piges pas trop  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

meme avec une PAC le bois buche reste le moins cher ou alors tu as un pb de livraison d'acces, prix d'achat eloignement  ?

j'ai aussi une maison bien isolée, 40 cm de laine de bois en toiture, 20 cm en ITE sur les murs, 16 m2 de vitrage plein sud.

et pourtant j'utilise qd meme mon foyer supra classic tout fonte de 1980 pour bruler 2 steres par an en moyenne sauf cet hiver 1 a peine.
Il est vrai qu'en dessous de 22° Mme râle

j'aimerais bien coupler le foyer a un systeme bouilleur et des panneaux solaires thermiques ...

A+
Revenir en haut Aller en bas
mecadoc


Membres d'honneur


Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 47

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Jeu 31 Mar 2016 - 0:44

ben dans mon cas, le chauffage électrique se met en route le matin vers 5 heure jusqu’à 9 heures, donc, faire un feu à ces heures la est emmerdant.
Je sous entant que quand on lance un feu il reste plus longtemps que les heures demandées par ma maison.
Ma maison n'a que très peu de fuite d'air, avec bouche de vmc réglable par l’hydrométrie, je ferme même le bouchon de douche. Isolation 35 cm laine de verre toit, et 10 de polystyrène "du plus haut rendement de cette matière" plus 20 cm de brique rouge alvéolée dernière génération. Je consomme 15 e de chauffage électrique ou 20 e de pétrole par mois.

Je dirais que j'ai l'impression que ce genre de maison n'est pas du tout sujet au vent et à la pluie, ce que je vois plus sur les autres maisons. Seule la température extérieur et la couverture nuageuse a un effet.
Revenir en haut Aller en bas
bird




Date d'inscription : 25/11/2015
Age : 43
Localisation : au bon endroit

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Jeu 31 Mar 2016 - 10:43

Pour utiliser du bois résineux comme combustible les poêles Canadiens sont idéaux.
Ce sont de "véritables inserts " la très haute température du foyers permet de brûler à peu près tout et n'importe quoi avec moins de dépôts de suies dans le conduit de fumée.
Dans mon voisinage une personne âgée brûlait quotidiennement du cyprès dans son insert ,le conduit à prit feu malgré un ramonage récent effectué par un professionnel.
Faut faire attention de ne pas se mettre en défaut vis à vis des assurances. Parfois une petite économie peut revenir très cher . Le poêle Canadien est prévu et homologué pour utiliser du bois de résineux, ce qui n'empêche pas de ramoner consciencieusement.
Je trouve bien de disposer de 2 types de chauffages dans une habitation. Poêle a combustion lente accumulateur de calories pour maintenir une bonne chaleur sans devoir l'alimenter en permanence et un pôle Canadien pour chauffer l'air rapidement.
Une chaudière à bois est un très bon système pour qui désire conserver sa maison propre sans devoir transporter le bois a l'interieur, sortir les cendres,la poussière qui vont avec tous les types de chauffages au bois. Une chaudière à un grand cendrier et peut être installée dans un garage ou une remise accolée à son habitation.
Pour celui qui dispose de bois gratuit le bois est évidemment le plus économique.
Pour qui doit l'acheter c'est beaucoup moins évident.
Actuellement au quotidien je me chauffe avec des chauffages électriques à accumulation d'énergie pour un prix identique à l'achat de bois, la flambée est réservée pour Noël
Revenir en haut Aller en bas
HellDriver




Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Lun 4 Avr 2016 - 9:43

Bonjour, peut-on bruler tout type d'essences d'arbres fruitiers dans un poêle?
Revenir en haut Aller en bas
pragma34




Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 22
Localisation : Hérault, Montpellier

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Lun 4 Avr 2016 - 12:18

Je pense que oui, je brûle des vieux fruitiers (cerisiers, abricotiers, amandiers, pruniers et pruniers sauvages qui ont fait leurs temps et que la maladie ou la vieillesse à rattraper), de bons morceaux bien secs et je ne vois pas d'encrassement spécial dans le conduit depuis des années, mais je dois en mettre un dedans tout les 10 à 15 morceaux de chêne vert en comparaison donc je ne brûle pas que ça.

Je brûle aussi du cèdre bleu, du pin et du cyprès. Mais c'est très rare, un morceau de temps en temps, très sec, sa brûle très vite.

Après brûler que du fruitier, je pense qu'il n'y a pas de problème, du moment qu'il est bien sec. C'est aussi du bon bois, dommage de le brûler bounce

Revenir en haut Aller en bas
bird




Date d'inscription : 25/11/2015
Age : 43
Localisation : au bon endroit

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Lun 4 Avr 2016 - 16:41

Oui aucun soucis de brûler n'importe quel type de bois fruitiers y compris, seul le bois resineu est déconseillé.
Déconseillé ne signifie pas pour autant interdit mais ne brûler que du cyprès, par exemple, nécessiterait de ramoner beaucoup plus souvent. C'est le dépôt de suie des resineux qui prend feu quand le dépôt est important et que le conduit est très chaud, le poêle canadien monte tellement en température qu'il réduit considérablement lesdepots dans le conduit de fumée.
La combustion est pratiquement complète ce qui n'est pas le cas dans un foyer a feu continue de type insert. D'ailleurs le tuyau de fumée d'un poêle Canadien doit être installé avec un écart au feu plus important qu'un insert ou poêle traditionnel.
Je ne fais pas la pub du pôle Canadien car il a les désavantages de ses qualités. Celui-ci ne chauffe que l'air par circulation thermique en créant un courant d'air.Il est aussi extrêmement cher en comparaison d'un poêle traditionnel.
Revenir en haut Aller en bas
BBLoup


Administrateur


Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 77
Localisation : France

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 5 Avr 2016 - 2:52

Il y a une technique pour bruler du résineux sans risque mais ça implique de sacrifier une étendue d'eau Evil or Very Mad

Il faut faire flotter le bois 2 ou 3 ans, la résine quitte le bois pour se déposer au fond de l'eau (ce qui veux dire que rien ne poussera ni ne vivra dans cette eau). Ensuite le laisser bien sécher comme n'importe quel autre bois et ça brule sans plus de dépôt que le chêne.

M'enfin ça me parait chère payer (de sacrifier un plan d'eau) pour bruler du sapin alors qu'on peut en faire des tonnes d'autres choses et bruler d'autres essences.
Revenir en haut Aller en bas
bird




Date d'inscription : 25/11/2015
Age : 43
Localisation : au bon endroit

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 5 Avr 2016 - 3:10

Pour la construction les résineux sont un bon choix résistant aux insectes de bois.
Revenir en haut Aller en bas
hookk


Membres d'honneur


Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 41
Localisation : Langeac dans la Pampa

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 5 Avr 2016 - 7:48

Mouai, perso je ne l'ai jamais constater. Pourtant, dans le sud j avais 3 hectares de forêt en pin sylvestre et chêne. Je t assure que le chêne n était pas touché par la vermine.

Perso, j ai toujours brûlé du pin et ca m'a toujours mieux chauffé que d autres essences. Alors oui, le feu dure moins longtemps mais il est bien plus calorifique.
Revenir en haut Aller en bas
titou632




Date d'inscription : 27/06/2015
Age : 28

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 5 Avr 2016 - 9:35

par contre je conseil de complet le chauffage bois avec un autre système je chauffe actuellement que au bois et je peut dire que ses du taf et que les stock baisse très vite! par contre en cas de caca je pense que ses le plus fiable! au niveau des essence je peut pas dire je prend tout se qui passe^^
Revenir en haut Aller en bas
bird




Date d'inscription : 25/11/2015
Age : 43
Localisation : au bon endroit

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 5 Avr 2016 - 13:15

En cas de nécessité forcément tout ce qui brûle fait l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Histrion




Date d'inscription : 03/02/2015
Age : 52
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mar 5 Avr 2016 - 23:38

la meilleure solution c'est d'isoler, comme cela tu as beaucoup moins a chauffer avec du bois du fuel ou de l'huile de vidange ...

Eh oui j'en stocke aussi, on ne sait jamais cela peut servir

Ce qui m'inquiete le plus reste le double vitrage, en K2KK et de bris de vitres, je vais etre frigorifié, une bache n'isole absolument pas !!

A+
Revenir en haut Aller en bas
bird




Date d'inscription : 25/11/2015
Age : 43
Localisation : au bon endroit

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 6 Avr 2016 - 0:03

Oui c'est exact bien isoler permet de faire de grosses économies de bois ou autres énergies de chauffage.
Pour le double vitrage, ce n'est pas le sujet du post, ça se fabrique artisanalement même si ça n'egalera pas un produit haute performance.
Je fais la parenthèse : le gaz entre les 2 vitres à des propriétés entrés autres celle d'éviter la condensation entre les 2 vitres. Une recherche sur le net sera plus précise mais un ancien m'a eu dit de déposer du souffre entre les 2 vitres pour éviter la condensation et faire du double vitrage a moindre coût. Le souffre ne se voit presque pas puisqu'il est déposé tel un cordon sur le bas du bois de la fenêtre, un bon jointage de chaque vitre bien étanche assurera la même résistance qu'une fenêtre classique avec une isolation supérieure a du simple vitrage.
Revenir en haut Aller en bas
agralil


Membres d'honneur


Date d'inscription : 16/09/2014
Age : 43

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 6 Avr 2016 - 16:04

hum, un bon triple vitrage anti intrusion, et bien sur, de bons volets

le truc, c'est que l'isolation massive, pour une maison neuve (sur plans adaptés), ça n'augmente qu'à peine le prix

mais faire une isolation vraiment énorme sur une maison déjà bâtie, surtout sur celles des années 70/90 ... pas toujours évident (on construisais un peu à l’arrache pendant ces années)

mais au final, une maison parfaitement isolée (plus encore que le veulent les normes) avec une double flux ...

... le besoin de chauffage devient franchement faible, du coup, du chauffage central fuel, gaz, charbon, bois, avec un poil de solaire, et on a un confort total, et une consommation maitrisée (paye la maison au départ, bien sur)

l'avantage d'une isolation super poussée, c'est qu'en été, ben tu crève pas de chaud (surtout avec le puits canadien, et/ou le chauffage par le sol réversible ...)

le chauffage bois, ça reste un mode de chauffage qui implique des manipulations, du coup, j'ai du mal à ne pas penser fuel/gaz/charbon (quoique, le charbon est difficile à trouver de nos jours, du coup, bois en granulés le remplace)
Revenir en haut Aller en bas
bird




Date d'inscription : 25/11/2015
Age : 43
Localisation : au bon endroit

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 6 Avr 2016 - 19:08

Le bois permet de se chauffer 3 fois: pour le couper
Pour le transporter, le ranger le stocker
Puis dans le poêle pour se réchauffer
Revenir en haut Aller en bas
mecadoc


Membres d'honneur


Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 47

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Mer 6 Avr 2016 - 23:43

Un autre choix pour l'isolation est de condamner les fenêtres nord, est, ouest. De plus, faire soit même des rideaux en laine (couverture militaire, Emmaüs, bien coller à la vitre et même au velux, apporte un plus dans une maison bien isoler ou non.

Pouvoir vivre sans chauffage en France avec un bon 16 degrés est tout a fait faisable en multipliant la chasse au perte de chaleur domestique (four, chaleur corporel).
Revenir en haut Aller en bas
bird




Date d'inscription : 25/11/2015
Age : 43
Localisation : au bon endroit

MessageSujet: Re: LE COMBUSTIBLE « BOIS »   Jeu 7 Avr 2016 - 1:30

Installer une bibliothèque murale sur le mur exposé au nord permet également de disposer d'une épaisse isolation sur le mur le plus exposé au froid
Revenir en haut Aller en bas
 
LE COMBUSTIBLE « BOIS »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lit parapluie en bois
» Le vélo en bois
» Bois aggloméré ( Test Que Choisir )
» Question sur circuits en bois Brio (et assimilés)
» Nouvelle boutique de jouets en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France Survivalistes :: RETEX (retours d'expériences) :: Systèmes de feu-