Le Forum officiel des Survivalistes Francophones.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Si j'ai une pomme et que tu as une pomme, en les échangeant, on n'aura jamais qu'une pomme chacun. En revanche, si j'ai une idée et que tu as toi aussi une idée, en les échangeant, on aura chacun deux idées...
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» mon premiers couteaux
Aujourd'hui à 14:17 par JJ62

»  une carabine a plomb mieux que rien
Aujourd'hui à 14:15 par ozzy

» Quel est le meilleures de ces pays pour le survivalisme?
Aujourd'hui à 13:28 par ozzy

» New World Order par HG Wells
Aujourd'hui à 13:06 par MrPropre

» Ou en êtes-vous ?
Aujourd'hui à 10:38 par NaonedBzh

» Paintball pour l'autodefense
Sam 18 Aoû 2018 - 17:53 par electroclem

» Et le chanvre ???
Sam 18 Aoû 2018 - 11:16 par ozzy

» nouveau discord survie
Sam 18 Aoû 2018 - 10:58 par ozzy

» Capitaine fantastique
Ven 17 Aoû 2018 - 23:27 par will.wesson

Sujets les plus actifs
La 22lr...oui mais...
Protection perso en milieu rural : le chien
Or/argent, le meilleur investissement ?
Le vehicule ideal d'evacuation niveau II
Le véhicule du survivaliste
The Walking Dead
Révision des directives relative au classement des armes à feu au sein de l'UE
Afflux de réfugiés, doit-on s'inquiéter ?
Attentats du 13 Novembre
Défense de B.A.D
Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier

Partagez | .
 

 Projection interressante...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Balou2




Date d'inscription : 29/06/2017
Age : 48
Localisation : sud ouest

MessageSujet: Projection interressante...   Mar 13 Mar 2018 - 12:02

Lent déclin
La crise de 2011-2012 fut, comme celle de 2008, le prétexte pour annoncer des changements importants. Il fallait moraliser le capitalisme, pourchasser les banquiers voyous, assainir les comptes toxiques et faire que Wall Street contribue à Main Street. Belles promesses. À la suite de plusieurs réunions d’urgence du G20, des fonds gigantesques furent débloqués (personne ne savait d’où ils sortaient, la seule explication donnée était la planche à billets) afin injecter des liquidités dans l’économie. La Grèce, l’Espagne, l’Italie furent parmi les pays qui reçurent le plus d’aides. Quelques banques firent faillite, mais beaucoup d’autres furent recapitalisées. Alors que les économies mondiales stagnaient et que les populations d’Europe et des États-Unis voyaient progresser le taux de chômage, ces dizaines de milliers de milliards de dollars injectés dans le système contribuèrent en 2013, à relancer la consommation et donc l’économie. Les bourses remontèrent spectaculairement cette année-là. Le pire avait été évité.
Hélas, dès 2014, les marchés commencèrent de nouveau à vaciller, fait qui précéda de quelques mois l’annonce du risque de retour à la récession de l’économie américaine. C’est vrai que la baisse du prix du dollar et de l’euro par rapport aux autres monnaies (à cause de la trop grande quantité de liquidités injectées dans l’économie) avait contribué à créer une inflation très forte. Les populations se plaignaient aussi des mesures d’austérité alors que les annonces constantes de bonus faramineux (et qui battaient tous les records) pour les PDG des multinationales ou des grandes banques renforçaient l’idée qu’aucune réforme en profondeur n’avait été faite. Le cas de ce trader de Wall Street, au train de vie déluré et dépensier, et qui avait touché un bonus de plus d’un milliard de dollars, fit grand bruit. Le prix de l’or continuait à monter, alors que les rares pays aux budgets excédentaires en achetaient de plus en plus, tout comme les rares épargnants qui voyaient l’inflation détruire leurs économies. Le prix de 10 000 dollars l’once fut atteint fin 2014.
En 2014, une énième intifada en Palestine et des tensions avec l’Iran contribuèrent à faire flamber les prix du pétrole, mais les découvertes de gisements non exploités dans le golfe du Bengale permirent d’éviter la panique. Un tremblement de terre au Japon, dans la région de Tokyo, n’aida pas beaucoup l’économie japonaise dans sa deuxième décennie de stagnation. La baisse de la population contribuait aussi à émousser le dynamisme économique de ce pays, mais cela semblait être accepté avec résignation et fatalisme par la population japonaise.
En 2015, ce fut au tour des banques françaises de demander à être sauvées, vu l’état de leur exposition sur l’Italie et l’Espagne, deux pays au bord du défaut de paiement. Le Portugal, l’Irlande et la Grèce furent, quant à eux, mis totalement sous contrôle du FMI. De forts troubles éclatèrent. La Banque centrale européenne et l’Union européenne décidèrent d’un plan d’aide directe aux populations, financé par un nouvel impôt européen. La pression exercée sur la classe moyenne s’accentua encore, mais, pour un temps, cela calma le jeu. Aux États-Unis, un énième Quantitative Easing fut lancé, bénéficiant cette fois directement aux propriétaires de maisons en défaut. L’on fit remarquer que si cela aidait pendant un temps les familles américaines à payer leurs hypothèques, c’est au final dans les banques que l’argent finissait.
L’administration Obama, dans sa dernière année, fut empêtrée dans un scandale qui impliquait des fonds mafieux de Chicago et des enrichissements personnels. Les médias se focalisèrent sur cette histoire avec acharnement et avec une assiduité de tous les instants. Ce faisant, ils ne purent, ou ne voulurent pas couvrir la forte répression des manifestations en Chine, où, à cause de la baisse de la demande mondiale, de nombreux ouvriers au chômage demandaient de l’aide. On parla de centaines de milliers de morts.
Le prix du pétrole, de plus en plus négocié en monnaie chinoise, continuait sa lente progression pour atteindre l’équivalent de 200 dollars en valeur de 2010. Cela n’aida pas l’économie américaine, en pleine stagflation. À cause de la baisse de la production industrielle mondiale, cette progression eut surtout un impact sur les individus qui commençaient à devoir choisir entre payer l’essence pour aller travailler ou acheter à manger. De nombreuses personnes, même dans la classe moyenne, dormaient au bureau ou dans leur voiture pour éviter les trajets. Beaucoup décidèrent de quitter leurs résidences pavillonnaires pour s’établir plus près du centre ville et de leur lieu de travail. Ce mouvement contribua, surtout aux États-Unis (l’Europe, avec son système de transports publics n’eut pas les mêmes problèmes), à faire baisser encore plus le prix des maisons individuelles (situées en banlieue) et à accentuer la crise financière. Les zones villa se transformèrent ainsi en des lieux à grand taux de chômage, avec une criminalité élevée et peu de services publics efficaces.
Les politiciens populistes, arrivés au pouvoir un peu partout en Europe et aux États-Unis dès
2016-2017, ne parvinrent pas à changer fondamentalement la situation. Les politiques d’austérité et d’immigration, elles, changèrent un peu : un moratoire sur l’immigration dans les pays de l’Union européenne fut décidé en 2018, et une véritable zone de la mort avec champs de mines anti-personnel et mitrailleuses automatiques fut mise en place sur la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Mais ces mesures furent relativement inefficaces, tout comme le protectionnisme douanier qui ne servit qu’à renchérir le prix des biens importés. En effet, l’Europe et les États-Unis ne fabriquaient pratiquement plus aucun bien. Le protectionnisme agricole, en revanche, fit beaucoup de mal à l’agriculture des pays du Sud, qui entrèrent en forte crise. Les guerres civiles très meurtrières qui éclatèrent au Mexique, en Ethiopie, au Mali, au Sénégal et au Kenya, peuvent directement être imputées à ces politiques.
En Asie, c’est essentiellement le conflit entre l’Inde et un Pakistan, en proie à une guerre civile larvée depuis le retrait des forces de l’OTAN d’Afghanistan, qui pesait sur la croissance de la région. La Chine, très sensible à la stabilité du Moyen-Orient (c’est en Iran, en Asie centrale et dans les pays du golfe Persique qu’elle s’approvisionnait en pétrole), travailla main dans la main avec les États-Unis pour soutenir le Pakistan et éviter son effondrement. Ce faisant, elle gardait un œil sur ses armes nucléaires qui, selon ce que disait un rapport de la CIA, étaient dans un état avancé de décrépitude et ne pouvaient pas être utilisées. Personne ne voulut savoir si ce rapport disait vrai.
En 2020, il fallut se rendre à l’évidence : l’économie des États-Unis et de l’Europe avait régressé en moyenne de 20%, un chiffre qui s’élevait à 50% pour les pays les plus touchés. On appela la période 2008-2020 la « Grande Destruction ». Les économies asiatiques subirent elles aussi de plein fouet cette longue période de récession, mais grâce à leurs marchés intérieurs, elles purent au moins garder une certaine stabilité, voire une faible croissance.
Selon les experts, ce déclin économique eut un effet positif sur les émissions de gaz à effet de serre. Personne ne savait avec certitude si ceux-ci avaient un réel impact sur les changements climatiques qui se faisaient de plus en plus évidents (inondations du Mississipi/Missouri en 2016, sécheresse et mousson tardive en Inde en 2017, hiver très rude dans le Nord de l’Europe en 2018, ouragans dévastateurs en Australie, etc.). Les changements climatiques eurent des conséquences sur la production de nourriture et de graves crises alimentaires commencèrent à se faire sentir dès 2017. Des millions de réfugiés s’entassaient dans d’immenses camps de fortune à la frontière des États-Unis ou aux portes de l’Europe. Le Maroc fut fortement déstabilisé en 2022, notamment par un attentat contre le roi et par la montée de toutes sortes d’extrémismes parmi les réfugiés africains. On parla de nouvelles drogues et de nouvelles religions. Le terrorisme, qui avait beaucoup diminué pendant les années 2010, se réveilla avec une énergie renouvelée, crispant les forces armées occidentales et asiatiques. L’attaque au gaz Sarin dans le métro de Shanghai poussa la Chine – ou fut prétexte – à augmenter son intervention au Moyen-Orient aux côtés des États-Unis. Cette coopération s’accentua en 2022 avec l’intervention en Arabie Saoudite, lorsque, après la chute brutale de sa production de pétrole, le pays plongea dans une guerre civile meurtrière.
C’est justement autour des ces années 2020 que la production de pétrole, qui avait stagné entre 2010 et 2020 commença un peu partout à chuter. Avec la pénurie soudaine, le prix du pétrole flamba. Durant la crise économique des années précédentes, peu d’investissements avaient été faits dans les énergies renouvelables et avec l’immense dette qui s’accumulait, peu de capitaux étaient désormais disponibles pour des investissements lourds dans l’infrastructure. Cette pénurie soudaine de pétrole coïncida avec la forte pénurie d’autres matières premières. Du fait de l’augmentation très rapide du prix des engrais, la productivité agricole – qui baissait progressivement depuis le début des années 2010 – s’effondra. Une crise alimentaire gigantesque explosa dans plusieurs pays d’Afrique, d’Asie centrale et du Moyen-Orient, notamment en Égypte où la population entra dans une période de famine, qui fut suivie par des violences sanglantes. Des millions de réfugiés se présentèrent à la frontière d’Israël, ce qui causa une crise grave, qui fut réglée de manière extrême et expéditive par « l’armée la plus morale du monde ». Des dizaines de millions de réfugiés se déversèrent sur les plages et les ports de Chypre, de Grèce et de Turquie, ce qui entraîna des troubles très graves, souvent violents. Rapidement, des millions de réfugiés du Moyen-Orient, d’Afrique, mais aussi d’Asie suivirent le mouvement d’exode.
La déstabilisation des pays du Sud de la Méditerranée fut très rapide et les forces armées européennes durent se résoudre à refouler les réfugiés, parfois au prix de pertes humaines massives.
Ceux-ci, toujours plus armés et bénéficiant du soutien des forces armées des pays du Maghreb, infligèrent de lourdes pertes aux forces espagnoles, françaises et italiennes.
Aux États-Unis, dès 2023, de nombreuses villes commencèrent à subir des crises d’approvisionnement en nourriture et l’armée dut reprendre le contrôle, souvent au prix d’une lutte antiguérilla qui n’avait rien à envier au combats menés par les précédentes générations de GI en Iraq.
Quelques villes, comme Détroit, Atlanta et des quartiers entiers de Los Angeles et Washington DC furent simplement bouclés et abandonnés à leur sort, lorsqu’ils ne furent pas rasés par les bombardements.
En Europe, avec l’effondrement de la monnaie unique, et afin de faire face aux troubles sociaux et ethniques, de nombreux pays décidèrent unilatéralement de fermer leurs frontières et de mobiliser leurs forces armées pour maintenir l’ordre. Au cours des années 2020 et 2030, ce fut petit à petit un ordre très autoritaire et ethnocentrique qui se mit en place. En 2035, à cause de la pénurie croissante de pétrole, les États-Unis se lancèrent dans la conquête du Canada. La résistance canadienne, peu énergique au début, se renforça considérablement après que les troupes d’occupation américaines commencèrent à commettre des exactions particulièrement brutales sur la population civile.
Les guerres civiles britanniques et françaises de 2036 et 2040 furent très sanglantes et l’on assista à des massacres qui rappelaient les pires conflits africains. L’Espagne, l’Italie, la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie, la Pologne et la Grèce, pays ayant fini par élire des régimes politiques hyper-autoritaires, menèrent de véritables campagnes d’extermination de la population africaine et nord-africaine. Les chiffres ne purent jamais être vérifiés, mais on parla d’une dizaine de millions de morts. La Russie, malgré une courte guerre avec l’Ukraine pour le contrôle du bassin minier du Don, mais grâce à sa relativement faible population, sa forte capacité agricole et ses ressources en gaz et en hydrocarbures, prit petit à petit sous sa tutelle l’Europe orientale et les pays nordiques et devint l’une des rares puissances régionales à s’en sortir assez bien.
La guerre entre l’Inde et ce qui restait du Pakistan permit enfin de savoir si les armes nucléaires pakistanaises fonctionnaient. Ce fut le cas. Malgré la perte de Delhi, de Jaipur et de Bombay, l’Inde put s’approprier les terres agricoles du bassin de l’Indus et mis en place une politique de réduction de la population musulmane – on parle de plus de deux cent millions de morts entre 2040 et 2050 – afin de pouvoir rendre les ressources agricoles disponibles pour la population restante. Toutefois, les grandes crises climatiques qui commencèrent en 2055 signèrent la désintégration du pays qui éclata sous le coup de guerres civiles toujours plus nombreuses, chaque région voulant garantir une surface de terre cultivable suffisante pour satisfaire ses propres besoins.
La Chine connut également de graves crises et se replia sur elle-même, comme elle l’avait souvent fait dans son histoire. Malgré une forte baisse de la population organisée par les organes de l’État communiste, elle réussit à maintenir une stabilité sociale raisonnable qui permit de faire fonctionner des économies locales interconnectées, sous le contrôle d’un État centralisé très autoritaire. La communication globale, sévèrement réduite par le délabrement de l’infrastructure (câbles sous-marins non réparés, etc.), put se maintenir grâce à des techniques plus anciennes comme la radio à longue fréquence ou les communications par satellite qui permettent à qui peut y accéder et en payer le prix, de continuer à communiquer. Vers la fin du XXIe siècle, bon nombre de nations se fragmentèrent pour former des régions indépendantes et capables de mieux fonctionner. Ce fut le cas de l’Australie, de l’Indonésie, de l’Inde, des pays du Moyen-Orient, du Canada et des États-Unis, de la France, de l’Espagne, du Royaume-Uni et du Mexique. D’autres nations disparurent en se désintégrant dans l’anarchie la plus complète. Ce fut le cas de la plupart des pays d’Afrique. Des pays comme la Chine, le Brésil, l’Argentine, la Russie passèrent tous très près de l’éclatement mais surent garder leur cohésion et, avec plus ou moins de succès, leur intégrité territoriale. De petits pays comme la Suisse, l’Islande, la Norvège, la Suède, la Finlande, la république des Boers, le Japon, le Botswana, la Namibie ou encore la Nouvelle Zélande, surent protéger leur nation et la garder autonome grâce à leur autosuffisance en nourriture et en énergie et parfois aussi grâce à leur isolement. Les petites nations insulaires qui ne disparurent pas, comme l’île Maurice, Cuba et le Ski Lanka, purent aussi s’en tirer assez bien en s’aidant de leurs ressources agricoles et de pêche.
Des villes-États d’un type nouveau apparurent. Véritables îlots de confort et de technologie, fortifiées contre les zones de violence alentours, elles émergèrent du chaos dans des régions qui possédaient à la fois une source de pétrole, une capacité de raffinage, une capacité de production industrielle et une base agricole adéquate. Parmi celles-ci, la république de Libreville dans l’ancien Gabon, la ville indépendante de Damman en Arabie, la conurbation Houston-Austin au Texas, le sultanat de Brunei, la ville de Mossoul dans le Kurdistan, Bahreïn, etc. Les nations du monde durent réapprendre à vivre avec moins de technologie, moins d’énergies fossiles et moins de transports. Les guerres pour les ressources se firent plus petites et plus régionales. Bientôt, même les armes nucléaires devinrent inopérantes car l’infrastructure nécessaire pour les garder opérationnelles ne put être financée bien longtemps. La population globale en 2100 baissa fortement pour ne compter plus que 2 milliards d’individus. La plupart consacrèrent leurs énergies à la survie, très difficile sous un climat capricieux et imprévisible, et vécurent dans la crainte qu’une nouvelle épidémie ne vienne donner un coup fatal aux communautés restantes.
Revenir en haut Aller en bas
JJ62




Date d'inscription : 17/10/2017
Age : 54
Localisation : 62 PAS DE CALAIS

MessageSujet: Re: Projection interressante...   Mar 13 Mar 2018 - 22:19

c'est assez logique... On imagine bien lire ça dans un livre d'histoire dans 300 ans avec le même détachement que nous lisons la guerre de 100 ans aujourd'hui..
Revenir en haut Aller en bas
Philippe

avatar



Date d'inscription : 03/08/2016
Age : 48
Localisation : Hauts-de-France

MessageSujet: Re: Projection interressante...   Mar 13 Mar 2018 - 22:43

@JJ62 a écrit:
c'est assez logique... On imagine bien lire ça dans un livre d'histoire dans 300 ans avec le même détachement que nous lisons la guerre de 100 ans aujourd'hui..

Détrompes-toi ! Enfin pour mon cas du moins ?

Je m' intéresse grandement à cette période en ce moment, notamment en ce qui concerne ses places fortes destinées à se protéger des pillards et soudards de l' époque ...........L' Histoire se répète le plus souvent !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Projection interressante...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Projection interressante...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mise en condition avant projection au Mali des paras
» BPC Mistral, Tonnerre & Dixmude
» Projection du documentaire 'Demain, j'irai mieux'
» Monet à la Cathédrale de Rouen
» Les Évadés (film, 1994)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France Survivalistes :: Survivalisme En général :: Général-